LES SURICATES – Red MAURO CORDA

  • Poids : 0.53 kg
  • Dimensions : 16 × 6.5 × 6 cm
  • Année : 2020
  • Matériau : Fonte de métal
  • Tirages : 500 exemplaires
  • Signature : Signé dans la plaque
Art for all

280.00 inc. Vat

5 en stock

Plus d’informations

Édition "Art for all" par Galerie LOFT Paris

Ed.2020,
H.16 x 6.5 x 6 cm, 530 grammes,
Dim. de la boite : 19 x 12,6 x 9 cm.
Certificat d'authenticité inclus.
Retrouvez la collection "ART FOR ALL", cliquez ici !


L'Oeuvre

La faune et le règne animal ont toujours été des sujets de choix pour Mauro Corda.
Les années 2000 sont notamment pour lui l’occasion de les percevoir comme des êtres en mutation (Le Criquet, 2013 ; Tortue-requin, 2017), aujourd’hui soumis à d’importantes crises écologiques et climatiques provoquées par l’Homme. Cette réflexion sur la mise à mal du règne animal par l’action de l’homme et la disparition massive de certaines espèces est parfaitement symbolisée par son œuvre Les Suricates en 2018. Trois de ces « sentinelles du désert », en alerte, se retrouvent engluées de mazout échappé d’un baril de pétrole, comme figées à jamais dans le temps. Cette œuvre phare de l’artiste, adaptée pour la collection Art for All, nous rappelle ainsi à tous les enjeux majeurs auxquels l’humanité de demain se devra de répondre : la bioéthique et notre responsabilité commune dans la préservation de la planète.


L'Artiste

Sculpteur originaire de Sardaigne né à Lourdes en 1960, Mauro Corda a suivi une formation de sculpture à l’École des Beaux-Arts de Reims puis aux Beaux-Arts de Paris avant d’obtenir une bourse pour poursuivre son apprentissage à la Casa de Velázquez de Madrid. Héritier de la grande tradition de la sculpture classique, il se revendique de plusieurs Maîtres tout en considérant que l’art se doit de questionner nos sociétés modernes. Ses œuvres sont de véritables réflexions sur les thèmes de la différence ou de l’exclusion qui viennent bousculer notre perception de la « normalité ». Son œuvre engagée s’attache aussi bien aux sensations et aux sentiments de la figure, humaine ou animale, qu’il retranscrit avec une grande finesse, qu’à celles du spectateur qui se retrouve face à eux. « Bousculer nos habitudes perceptives, interroger nos certitudes, remettre en question l’ordre apparemment immuable de notre rapport à l’autre, à l’animalité, au sauvage. » (Dossier de presse de l’exposition Zoospective, Citadelle de Besançon, 2018)