TERRE – Gold Bernard Quentin

  • Poids : 1.150 kg
  • Dimensions : 8 × 8 × 8 cm
  • Année : 2019
  • Matériau : Fonte de métal
  • Tirages : 500 exemplaires
  • Signature : Signé dans la plaque
Art for all

280.00 inc. Vat

5 en stock

Plus d’informations

Quand le monde devient terre et la terre devient monde...

Édition "Art for all" par Galerie LOFT Paris

Ed.2019,
D.8 cm, 1150 grammes,
Dim. de la boite : 9 x 10 x 10 cm,
Certificat d'authenticité inclus.
Retrouvez la collection "ART FOR ALL", cliquez ici !


L'Oeuvre

« C’est l’une des grandes conquêtes de l’art contemporain d’avoir su voir l’écriture en elle-même, lui reconnaître une spécificité plastique. Quentin est de ceux qui en ont tiré le maximum de conséquences, c’est-à-dire d’œuvres. Tout ce qu’il a créé dans cette béance de la modernité renvoie à ce marquage du monde qu’est l’écriture. »
Jean-Clarence Lambert (Quentin, des graffitis aux monuments, 1991).

Quand le monde devient terre et la terre devient monde... Un air poétique souffle sur l’œuvre de Bernard Quentin. La poésie, à l’image de ses œuvres est un jeu de mots, un jeu de signes. Mais où commencent-ils ? Dans le mot ou dans sa forme ? Dans le son ou dans ses lignes ?
Se trouve t-il à l’intérieur ou à l’extérieur ? Terre déconstruite, terre multipliée.
Pour Art for All, l’art sémiotique de Bernard Quentin prend la forme d’un globe doré, dont les mots se dessinent en perspective au creux de nos mains. Cette terre si précieuse, à la fois berceau de l’humanité et monde des possibles, est universelle, et l’artiste n’aurait pu rendre plus bel hommage à cette collection d’art pour tous.


L'Artiste

L’art est un langage, un mode d’expression unique qui permet aux artistes d’expérimenter autant qu’aux publics de ressentir des choses intenses ou nouvelles. Parmi les artistes qui ont su questionner le monde au cours du XXe siècle se trouve un homme qui du haut de ses 96 ans a su conserver cette âme d’explorateur et poursuit son travail sur ces modes de communication. Bernard Quentin est né en 1923 à Flamicourt (Picardie). Après la Seconde Guerre Mondiale il commence produire des œuvres centrées sur l’écriture, partant du principe que le langage est le lien propice à unir les hommes. C’est dans cette quête inlassable de conception de signes universels qu’il en vient également à réaliser des pièces monumentales, à utiliser des matériaux inédits ou à établir une véritable « sémiologie » de l’art.