La mâchoire de Grond Kevin-Ademola Sangosanya

  • Dimensions : 150 × 250 cm
  • Année : 2022
  • Signature : Signé et daté par l'artiste
  • Support : Toile
  • Thèmes : Art folkorique

Plus d’informations

KEVIN-ADEMOLA SANGOSANYA

2022

LA MÂCHOIRE DE GROND


C’est dans cette perspective qu’il conçoit alors cette exposition mettant en place un lexique proche du monde des contes et des histoires fantastiques volontairement inscrit dans un champ visuel inspiré d’univers tels que ceux de Bilbo le Hobbit, le Seigneur des Anneaux ou Les Mondes d'Aldébaran. Ses œuvres se peuplent de monstres et créatures issues de références bibliques ou des Folklores Yoruba et français (notamment breton avec la figure de l’Ankou) qu’il cherche à faire dialoguer.


ARTISTE

D’origine Française et Yoruba, Kevin-Ademola SANGOSANYA est né à Longjumeau (91) en 1996. Même si le milieu dans lequel il grandit ne le destinait pas à devenir artiste, sa mère étant une scientifique issue d’un milieu ouvrier et son père, un immigré nigérian ancien militaire, il ressent très jeune un besoin vital de dessiner à longueur de journée. Sa mère l’incite à prendre des cours de dessins après le collège, mais comme il peint surtout des monstres et des dinosaures, il est rapidement dirigé vers une carrière scientifique. A 15 ans il veut être paléontologue puis généticien spécialisé en espèces en voie d’extinction. Son amour pour le Nigeria où il voyage très souvent depuis sa tendre enfance pour rendre visite à ses grands-parents, le porte à se focaliser sur les gorilles menacés. Pensant que la meilleure manière les protéger serait de leur permettre de vivre dans un environnement où ils ne seraient pas chassés, il décide après son bac de se concentrer sur le développement durable et débute des étude d’ingénieur en agronomie. A 17 ans il découvre l’indépendance et la vie étudiante. Il quitte le nid familial pour se rapprocher de Paris et s’installe en résidence à Cergy. Il effectue de nombreux stages à l’étranger dans le cadre de ses études, dont son stage de fin de diplôme où il passera 8 mois au Nigeria à travailler à la conservation des espèce forestières, la reforestation, et l’étude de plantes médicinales, alimentaires et sacrées qui font le lien entre les trois domaines qui le passionne, la préservation de la culture, la sustentation des populations et la spiritualité.