Hache Primitive

MUN-GI YANG

  • Dimensions : 30 × 42 × 11 cm
  • Année : 2016
  • Matériau : Pierre patinée gravée et bois
  • Tirages : Oeuvre unique
  • Signature : Signé du cachet de l’artiste

3 000.00 inc. Vat

Plus d’informations

Dans la série « Sapiens », la surface de la pierre se transforme en paroi de grotte préhistorique où les hommes dessinaient de la nourriture, des bêtes et des poissons qu’ils souhaitaient attraper à la chasse pour pouvoir se maintenir en vie. Ces œuvres se présentent comme des documents qui nous permettent de raisonner par analogie sur les débuts de notre civilisation. Ces dessins, plus que des mots, sont immédiatement transmissibles et universels.

Le désir d’attraper un bison, un cerf ou un poisson projeté sur la paroi de la caverne, renvoie à notre désir actuel de posséder objets et aliments. En gravant sur mon sac de pierre des poissons et des animaux sauvages je marque à mon tour cette volonté de me maintenir en vie.

C’est ce désir humain qui est le principe originel de la civilisation et de la culture. Cette volonté de survivre se retrouve également dans la forme de la hache de pierre comme outil de survie. Elles ont accompagné les débuts de l’histoire de l’homme dans le processus de son devenir-conquérant sur Terre. La hache de pierre est composée d’une pierre naturelle, grosse comme le poing, et d’un manche en bois. Elle est à la fois la prolongation du corps et l’extension de l’intelligence. C’est le début de la pensée sapiens. La poignée de la hache en pierre préhistorique avait eu pour conséquence de faciliter les actes des homo-sapiens.

Mun-Gi Yang


Mun-Gi Yang est né en 1970 à Gwangju en Corée du Sud. Il est diplômé des Beaux-Arts à l’université de Chosun.

En 2012, l’artiste-sculpteur a présenté Story of LUXURY STONE (histoire de la pierre de luxe) au Musée d’art d’Okgwa, en Corée du Sud. Cette exposition révélait l’attention toute particulière qu’il porte à la signification et au symbolisme du sac de luxe en exploitant les potentialités esthétiques de la pierre. Dans cette exposition, 45 œuvres proposaient de s’interroger sur la nature de l’objet et de l’être humain et sur la structure des mécanismes sociaux dans l’élaboration des désirs contemporains. Ces Luxury stones, bien qu’apparaissant dans un premier temps comme des œuvres parodiques sur les contrefaçons chinoises des sacs de grandes marques telles que Louis Vuitton ou Chanel, vont bien au-delà d’une simple imitation ou représentation des ces objets. Par les caractéristiques mêmes de ces objets en pierre, la fonction utile du sac disparaît. En perdant tout caractère fonctionnel, l’objet est désormais transformé en objet-symbole, en icône.

En savoir plus, cliquez ici !

Boutique

Du même artiste