Pantomime horse Kong Shengqi

'valu
  • Dimensions : 16 × 87 × 18 cm
  • Année : 2022
  • Matériaux : Pommier
  • Signature : Signé à la main

Plus d’informations

ŒUVRE

La nouvelle œuvre de Kong Shengqi, Pantomime Horse, marque une nouvelle étape dans le travail de l’artiste. Le bois qu’elle utilise pour cette sculpture réalisée dans le cadre de l’exposition « Parade » lui évoque dans un premier temps la patte, puissante et massive d’un cheval percheron. Plus que la figure de l’animal, c’est son essence qu’elle veut capter. À partir de cette première impression, elle va alors concevoir toute une histoire qu’elle va faire émerger de la matière. Sur cette patte couchée apparait alors un double visage. Porté vers l’extérieur se dessinent les traits d’un être doux et lunaire, une véritable présence prête à prendre vie devant nous. À sa droite son pendant inversé et creusé semble au contraire s’enfoncer dans la matière du bois, comme s’il était en train de s’effacer ou n’était qu’une fugace apparition d’une entité d’un autre monde.

En réalité cette apparition/disparition de la figure humaine est une référence au comédien qui, caché sous un voile ou derrière un décor, donne vie au cheval. Car Pantomime Horse c’est l’histoire d’un spectacle en train de se jouer sous nos yeux. Mais où se trouve alors la réalité ? est-ce vraiment le comédien qui contrôle l’animal telle une marionnette grâce à la tige de cuivre qu’on voit émerger du bois ? Ou au contraire, s’agit-il de l’esprit de la bête qui est venu s’incarner brièvement sous les traits d’un homme avant de retourner à son état initial comme pourrait le suggérer le visage de gauche ?

En pleine réflexion philosophique sur son existence et sa présence au monde la créature mi-homme/mi-cheval n’a pas vu le serpent venu se glisser en son centre. Sa morsure, peut-être fatale, vient alors redistribuer toutes les cartes. Dans le monde réel ou dans celui des esprits il annonce la tragédie, ou la fin d’un rêve.
Le rideau se baisse.
Le spectacle s’achève.
Et la créature s’est désormais réfugiée dans nos souvenirs.

En savoir plus...