STRUCTURE DYNAMIQUE – PETIT THÉATRE

FRANCESCO MARINO DI TEANA

  • Poids : 20 kg
  • Dimensions : 37 × 48 × 32 cm
  • Année : 1958
  • Matériau : Acier patiné ciré
  • Tirages : 8 exemplaires + 4 E.A.
  • Signature : Signé du poinçon de l’artiste

Plus d’informations

Référencé au Catalogue Raisonné de l’artiste sous le N°486

Éditions LOFT, 2018, sous la direction de Nicolas Marino di Teana et Malika VINOT


EXPOSITIONS

• Francesco Marino di Teana, Plastiken 1955-1985, Tableaux et modèles d’architecture, Galerie Moderne du Musée de la Saare, Sarrebruck, Allemagne, 8 fév.-15 mars 1987
• Marino di Teana, Sculptures, Artcurial, Paris, France, 5 mars - 11 avr. 1991 (Cat. NB p.34)
• Marino di Teana, Peintures-Sculptures, Galerie Jean-Jacques DUTKO, Paris, (France), 29 oct.-4 déc. 1993
• Di Teana, la musique de l’espace, Grand Théâtre, Angers, France, 8 avr. – 26 Juin 2005 (NB – plaquette de présentation) • Marino di Teana Rétrospective, Galerie LOFT, Paris, France, 21 janv.-16 mars 2016


Formes & Espaces en action

En parallèle à sa phase de construction architecturale, Marino poursuit également le développement d’œuvres en «dialogues de formes». Ces œuvres sont pourtant très différentes des «dialogues» en plâtre qu’il réalise au début des années 1950 avec la volonté de faire évoluer notre regard. Il vise notamment à réunir des grands principes plastiques et physiques et des conditions architecturales jusqu’alors opposés en créant des œuvres qui sont à la fois des oxymores visuels et des propositions concrètes: Dialogue/architectural, Action/constante...

Son rêve est de produire une union entre sculpteurs et architectes afin que «les premiers apportent aux seconds le supplément d’imagination plastique qui semble manquer aux constructions modernes, à voir du moins ces boîtes d’allumettes bourrées au centimètre carré qui s’accumulent partout». Pour lui il ne s’agirait donc plus d’ajouter des œuvres à des bâtiments terminés, fonction décorative, mais de penser la forme même de l’architecture au niveau de la conception. «J’envisagerais volontiers une architecture moderne fonctionnelle à cinquante pour cent, et pour le reste abandonnée à la plastique».


Francesco Marino Di Teana est un artiste à la fois peintre, sculpteur, architecte, poète et philosophe, qui a marqué la sculpture des années 1950-60 de ses théories sur la logique tri-unitaire qui intègrent le « vide » comme un élément actif de la composition picturale et architecturale.

Il y réalise ses sculptures architecturales, régulièrement nommées en hommage à de grands architectes (Imhotep, Le Corbusier, Pier Luigi Nervi...) et de nombreuses maquettes dont il se servira par la suite pour réaliser une cinquantaine de sculptures monumentales publiques (et plus particulière- ment dans le cadre du 1% artistique) en France et en Europe (Allemagne, Italie...). Plus de 40 de ces sculptures sont installées entre les années 1960 et 1970, mais la plus impressionnante à ce jour reste la “Liberté” de Fonte- nay-sous-Bois (Val de Marne) qui reste à ce jour la plus grande sculpture en acier d’Europe avec ses 21 mètres de hauteur pour 100 tonnes d’acier Corten. Autoporteuse, elle est construite de manière à pouvoir résister à des vents de 250 km/h.

Constructeur insatiable, Francesco Marino di Teana conçoit dès le milieu des années 1950 diverses pièces de mobilier. Alors qu’il vit de petits boulots de décorateur, il développe en parallèle à son travail de sculpteur des créations étonnantes, véritables hybrides entre l’esthétique design des années 1950 et la construction “architecturale” propre à l’artiste. Initialement destinées à ses amis proches et ses collectionneurs de la première heure ces œuvres “confidentielles” sont aujourd’hui mises en lumière grâce au travail de recherche et d’investigation réalisé autour de la préparation du catalogue raisonné. La finalisation de leur édition nous permet également d’avoir enfin un accès direct à ces “meubles-sculptures” élégants et avant-gardistes.

En savoir plus, cliquez ici !